Chronique : Trackés

Christophe Nicolas
Auteur francophone
Argyll
Thriller
19,90€
377p

Les romans de Christophe Nicolas, je les ai tous lus, et ils ont toujours au moins 2 points communs : ils se passent localement (l’Occitanie à présent) et ils sont prenants.

Les personnages sont encore une fois sympathiques, faciles à s’identifier, ce sont pour la plupart des gens comme vous et moi. Nous suivons Hugo avec une introduction sur les manifestations qu’a connues la France dernièrement qui est criante de vérité. On sentait presque le gaz lacrymo à travers les pages tant sa restitution est immersive et oppressante. Hugo, cela aurait pu être n’importe lequel d’entre nous.

Nous suivons aussi Julia une journaliste, la fille de Yannick Diaz, personnage principal du roman Projet Harmonie. Honte à moi, j’ai lu ce roman dans sa première édition et j’avais oublié ce personnage (ça remonte à 2012). En tout cas Julia est une belle relève, intéressante, courageuse et intelligente.

Le roman est prenant, intéressant et aussi inquiétant. Si vous n’étiez pas déjà du genre à mettre un post-it sur l’œil de votre webcam, vous allez vite changer d’avis ! La frontière entre la réalité et la fiction est mince, c’est même à se demander s’il y a de la fiction ! L’auteur maîtrise encore une fois les aspects policiers, politiques et journalistiques, ce qui en fait un roman difficile à lâcher.

L’intrigue nous fait réfléchir sur nos usages sur le net, sur ces fameux cookies que nous acceptons sans sourciller, sur l’usage de nos données, de nos traces sur le net, etc. C’est très d’actualité. Le roman nous démontre aussi notre impuissance face au système, au gouvernement, la presse et tous ceux dont le silence est acheté.

Le roman se lit vite tant on est happé par les événements ; on frémit d’angoisse avec les personnages et on réfléchit à leur côté sur notre vie virtuelle et les conséquences de chacune de nos recherches.

Ma note :  :star::star::star::star::star:

Share this:

Chronique : La main de l’Empereur T2

Olivier Gay
Auteur francophone, voir la page Facebook
Bragelonne poche
Fantasy
7,90€
453p

J’ai été contente de retrouver Rekk et son grand sens de la diplomatie. Certains éléments pour la suite (qui est en fait sortie avant, Les Épées de Glace) commencent à se mettre en place. J’avais eu également un coup de cœur pour le premier tome de cette préquelle. Cela m’a même donné envie de relire la suite car j’ai oublié pas mal de chose depuis le temps. En particulier, je crois me souvenir que le Duc Gundron a une place importante dans le récit d’origine dont je ne me souviens pas assez. Par contre, si la raison pour leurs querelles est uniquement liée à ce qui se passe dans ce tome je trouve ça un peu léger.

D’ailleurs, tout se passe assez vite, dans la narration tout du moins car apparemment dans les faits le temps est plus étalé, mais sans aucun repère temporel clair, cela m’a perturbé. En particulier, j’avais souvenir d’un Rekk vieux dans Les Épées de Glace, je lui aurais donné 60 ans d’après les descriptions mais cela ne colle pas avec la naissance de Deria sauf si les années ont passé sans que le lecteur ne soit au courant.

La fin est aussi un peu trop rapide à mon goût. Le destin de Bishia est bien connu des lecteurs des Épées de Glace alors j’ai trouvé que c’était trop vite traité. Le personnage dans le T1 n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais, elle avait plus de ressources et de complexité que prévu, alors j’avais de grands espoirs pour elle, or ce n’est pas assez exploité à mon sens. C’est dommage car Dareen aussi est un moins mise en avant et à part à la toute fin, elle est mise de côté.

J’ai donc moins aimé ce tome, même s’il y a de l’action, que les rouages se mettent en place et que Rekk doit prendre des décisions difficiles. Enfin, pour lui ça semble simple mais les conséquences de sa loyauté et de sa naïveté précipitent son destin. Pour l’histoire de Rekk ce tome reste intéressant, le personnage reste égal à lui-même, et comme je le disais plus haut, cela m’a donné très envie de relire les Épées de Glace mais tout m’a semblé trop rapide et trop survolé pour des personnages aussi importants que Bishia et Dareen. Je suis donc un peu déçue car je sais qu’on aurait pu avoir quelque chose de plus grandiose et poussé.

Ma note :  :star::star::star::star-half::star-empty:

Share this:

Chronique : Olangar, une cité en flammes

Clément Bouhélier
Auteur francophone, voir la page Facebook
Critic
Fantasy
24€
668p

Après avoir adoré la premier tome Olangar Bans et Barricades (voir mes avis pour la partie 1 et la partie 2) je me suis replongée avec un grand plaisir dans l’univers d’Olangar. Le premier tome se suffisait à lui-même, la fin était cohérente et bien bouclée. Nous avons donc ici une nouvelle intrigue avec les mêmes personnages et de nouveaux. Le dépaysement est encore une fois garanti, l’action est au rendez-vous, le courage, le suspense également.

J’ai été très heureuse de retrouver l’intrépide Evyna qui a bien grandi dans ses responsabilités depuis le précédent tome. Elle force toujours le respect et remplit parfaitement son rôle d’héroïne à qui l’on souhaite ressembler. J’ai été ravie de la retrouver et de voir qu’encore une fois, elle n’écoute que son courage et va au-devant du danger, prête à porter l’intrigue de ce roman.

On retrouve aussi d’autres personnages, je ne vous en dis pas plus pour conserver la surprise. Parmi nos chers nains, j’ai eu un peu moins de facilité à me glisser à leurs côtés. Il est difficile d’égaler Baldek ! Parmi les nouveaux personnages, j’ai tout de suite apprécié le jeune Keiv, qui est très intéressant et apporte un vent de fraîcheur dans cette histoire tout de même sombre et difficile.

Malgré ses presque 700 pages, j’ai englouti ce roman. J’ai été tout de suite immergée par l’histoire et la plume parfaitement maîtrisée de l’auteur. Tous les personnages sont fouillés, on veut connaitre leur histoire et leur destin, et bien sûr on veut que les manigances politiques soient révélées au grand jour. Mais rien n’est jamais simple à Olangar. J’aime cet aspect que rien n’est gagné, voire que tout est presque perdu, cela change et fait bien plus réaliste.

Les réels desseins restent bien cachés tout au long du roman. Si l’auteur a distillé des indices, je n’en ai trouvé aucun ! J’ai été aussi surprise et désemparée que nos chers personnages. Encore une fois l’action a une belle place dans le roman avec de grandes et spectaculaires batailles sanglantes et terribles. L’auteur devait se réinventer après l’impressionnante scène de bataille du train de Bans et Barricades. Le pari est réussi ! Au-delà, l’auteur nous dépeint également des combats sociaux et politiques parfaitement transposables à notre époque.

Vous l’aurez donc compris, j’ai adoré ma lecture. La violence côtoie l’humain dans cette aventure palpitante, dépaysante et prenante. Je vous la conseille très fortement.

Ma note : :star::star::star::star::star:

Chronique : Mr Mercedes

Stephen King
Traduction : Océane Bies et Nadine Gassie 
Albin Michel
Thriller
474 pages
23,50€

Voilà un livre qui squatte ma PAL depuis plusieurs années (sa sortie remonte à 2015) mais je ne sais pas, il m’attirait moins que d’autres Stephen King. Je m’attendais à autre chose, du coup j’ai été au début agréablement surprise de voir la direction que ce roman prenait. Je crois que j’ai été échaudée par Nosfera2 de son fils (Joe Hill) qui m’a profondément déçue.

J’ai donc été emballée par le début, qui nous propose un thriller efficace avec des personnages sympathiques et attachants. On a une brochette de personnages assez uniques, entre la classe et dynamique Janey, le jeune et talentueux Jerome, l’atypique Holly qui s’étoffe au fil du roman et qu’on apprend à mieux apprécier. L’inspecteur Bill est lui plutôt classique. Il ne m’a pas vraiment marqué. Brady était intéressant mais on nous fait des promesses non tenues à son sujet. Ça manquait un peu de profondeur et son intelligence n’est surtout montrée que par ses actes passés par ceux qu’il prend ensuite.

Ainsi, même si l’histoire s’est révélée plus intéressante que je ne le croyais, cela reste une lecture facile à oublier. Autant le prologue est clairement du 100% King, autant la suite, sans une once de fantastique, ne cassait pas trois pattes à un canard. Ce n’est clairement pas le meilleur des Stephen King à mon goût. Même s’il y a des prises de risque et des rebondissements inattendus, je n’ai pas vraiment frissonné ni eu trop peur pour les personnages. En fait, il nous appâte avec des possibilités qui ne se concrétisent pas (sauf une, époustouflante et terrible), alors que d’habitude on ne le voit pas venir et il frappe fort.

En conclusion ce fut une lecture pas désagréable mais pas forcément à la hauteur de ce que King peut faire. C’est trop classique, trop déjà vu, il n’apporte pas grand-chose de nouveau, ni même le côté haletant de certains thriller vraiment bien ficelés.


 Ma note : :star::star::star::star-empty::star-empty:

Chronique : Victime 2117

Jussi Adler-Olsen
Traduction : Caroline Berg 
Albin Michel
Thriller
572 pages
22,90€

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas lu la suite des aventures de Carl, Assad et Rose. L’auteur avait écrit un roman qui ne se déroulait pas dans le Département V dans l’intervalle que je n’ai pas lu. Comme j’ai offert à mes parents le 4ème film adapté des romans et qu’on l’a regardé pour Noël, cela m’a permis de me replonger dans l’histoire avant de lire Victime 2117.

Ce roman est un peu à part des autres car il est principalement centré sur l’histoire d’Assad qui nous est sciemment cachée depuis le premier tome. On apprend toute la vérité et elle est vraiment triste pour notre pauvre Assad. Même si c’est son histoire et qu’il nous la conte par petits morceaux tout au long du roman, j’ai trouvé Assad moins actif, sauf à la fin. Il subit plus qu’il n’agit.

Pour nous faire découvrir l’histoire d’Assad, l’auteur s’empare de sujets d’actualités, sur les migrants qui débarquent sur les plages et dont beaucoup ne survivent pas à leur traversée de la Méditerranée et aussi des actes terroristes même si pour le coup, ici on est davantage sur une vengeance personnelle que sur des motifs extrémistes.

En parallèle Rose et Gordon travaillent sur un autre cas, qui est pourtant lié aux migrants et qui permet à Gordon de sortir de sa zone de confort et de se confronter au terrain. Assad étant au fond du seau, l’aspect humoristique vient de Gordon et vu les thématiques et les événements, cette petite touche de fraîcheur est la bienvenue. Cela sort aussi Rose d’une dépression liée aux événements du tome précédent. Son évolution tout au long du tome fait plaisir car au départ, j’ai ressenti beaucoup de pitié et de tristesse pour son état. Quant à Carl, pour une fois c’est donc plus lui qui est actif étant donné qu’Assad est totalement déprimé et tétanisé par les événements liés à son passé. Alors qu’au début c’est Assad qui devait pousser pour tisser des liens entre eux, cette fois, l’amitié qu’ils se portent est soutenue par Carl qui est présent pour son ami.Je suis moins emballée par la tournure de la relation Mona-Carl par contre.

Même si j’aime beaucoup cette série et ses personnages vraiment atypiques, hauts en couleur et attachants, je sens que cela commence à sentir la fin. Il serait temps de clôturer à présent que les personnages ont plus ou moins tous dénoué leurs fils d’intrigue. Mais on voit bien que le fil rouge derrière, l’affaire qui a coûté la vie à un policier et rendu le coéquipier de Carl paralysé est toujours en suspens. J’espère donc qu’on aura le fin mot dans un tome final. J’ai en tout cas ici passé un bon moment de lecture même si ce tome n’est pas mon préféré du lot.


 Ma note : :star::star::star::star-half::star-empty:

Chronique : Elvira Time #4

Mathieu Guibé
Auteur francophone  
Chat Noir
Fantastique
190 pages
14,90€

Ce quatrième volume signe la fin des aventures de notre chère Elvira et sa bande d’amis. Cela se ressent, tout le roman est une véritable bombe à retardement. Dès les premières pages, l’auteur au travers d’Elvira et de cette sublime couverture nous annonce la couleur : c’est la fin et elle ne sera pas belle. Mais est-ce du bluff ou la vérité ?

Le troisième tome avait fait un retour dans le passé pour nous narrer la tragique histoire de Jericho, ce qui donne encore plus de poids à ce quatrième opus. Encore une fois, l’auteur nous emmène dans un tourbillon de sentiments et de violence. Ici nous retrouvons une Elvira auto-destructrice, elle se fiche de son avenir et ses sombres pensées finissent pas atteindre le lecteur impuissant. Heureusement, Elvira est soutenue par ses amis et sa famille.

Ce roman fait ici la part belle à la psychologie, la reconstruction et le pardon de soi. J’ai trouvé que l’auteur sonnait juste. Même si les apitoiements d’Elvira se sont un peu éternisés par moment, au moins elle n’a pas perdu sa morgue et sa combattivité. J’ai un peu regretté que la bande d’amis soit un peu en retrait dans ce tome mais Elvira menait un combat contre elle-même donc je comprends ce choix. Nous voyons quand même Shinta, Belinda et Ludwig que l’auteur n’oublie pas dans cette fin de saga. Malheureusement le temps entre mes lectures et les sorties des différents tomes ont fait que j’avais pris de la distance avec l’antagoniste principal et ses différentes manœuvres. Je suis donc restée assez extérieur à ce conflit-là.

Il s’agit donc d’un tome axé sur l’émotion et la psychologie même si, rassurez-vous, vous avez droit à vos litres d’hémoglobines, votre lot d’humour noir et de références à la pop culture. Quant à la fin… est-elle vraie, est-elle inventée ? Libre au lecteur de choisir mais dans un cas comme dans l’autre, elle est juste bouleversante. Je quitte donc cette saga avec mélancolie mais aussi beaucoup de reconnaissance car j’ai pris grand plaisir à suivre les aventures d’Elvira, Jericho et les autres. Nos deux héros en particulier seront très difficiles à oublier tant leur histoire est poignante.


 Ma note : :star::star::star::star::star-half:

Chronique : Bpocalypse

Ariel Holzl
Auteur francophone 
L’Ecole des Loisirs
Young Adult/post-apo
413 pages
17 € pages

J’ai reçu ce roman dans le cadre d’une masse critique de Babelio, que je remercie donc.

J’ai été ravie de lire un nouveau roman d’Ariel Holzl (pour rappel mes avis sur les Sœurs Carmines Tome 1, Tome 2, et Tome 3, ainsi que celui sur Lames Vives). On retrouve ici la plume cynique, l’humour noir et toute l’imagination débordante de l’auteur. J’avais été moins séduite par Lames Vives, malgré son univers sympathique, ici j’ai renoué avec mes émotions à la lecture de sa trilogie des Soeurs Carmines.

J’ai passé un super moment en compagnie de notre héroïne Samsara qui n’a pas sa langue dans sa poche, ni sa batte; J’ai aimé son franc-parler, son côté brut de décoffrage et surtout le fait qu’elle commet des erreurs comme tout un chacun. Ses amis Yvette et Danny étaient chouettes, ils formaient un groupe sympa. J’ai bien aimé aussi les Jumeaux même s’ils restent très mystérieux avant la fin et que j’aurais aimé une plus forte implication de l’ami Søren. Et puis il y a Michael… mais je ne peux rien dire sans spoiler. Bref, nous avons une belle brochette de personnages différents avec qui j’ai aimé passer ces 400 pages.

L’histoire est prenante, le gros point fort étant cette ville de Concordia, touchée par l’apocalypse et dont chaque quartier présente de nouvelles spécificités… et dangers ! L’auteur a pu s’en donner à cœur joie dans les monstres et mutations et ça se ressent. Tout était très inventif et immersif. Le fait que nous suivions des ados qui ont grandi dans ce contexte post-apo nous donne une impression de normalité qui renforce le ton décalé et humour noir du roman. Mon seul bémol concerne l’extérieur de la ville qui est un peu convenu.

L’auteur traite de différents sujets avec justesse, l’histoire est prenante, bourrée d’action, d’humour, de faux semblants. J’ai passé un super moment et j’attends donc avec impatience les prochains ouvrages d’Ariel Holzl. La couverture donne vraiment le ton, elle est bourrée de détails et la carte au début du livre était très utile.


 Ma note : :star::star::star::star::star:

Chronique : Le rituel

Adam Nevill
Traduction : Benoît Domis 
Bragelonne
Fantastique
384 pages
5,99€ (ebook)

J’avais adoré le précédent roman d’Adam Nevill « Le Temple des Derniers Jours » dont certaines scènes m’avaient terrifiée (et pourtant il m’en faut). J’ai donc voulu profiter d’une promo numérique pour me lancer dans cet autre roman, bien que les avis sur cet auteur divergent. Et en effet, je suis ressortie de ma lecture avec un avis en demi-teinte.

Nous suivons 4 potes de fac qui partent camper dans la forêt Scandinave. Je me suis vite intégrée à ce groupe dont les portraits sont très réalistes, des anciens potes qui semblaient soudés mais que la vie a plus ou moins séparés. Ils sont à présent pères de famille ou fiancés, ou pour le héros, au contraire en train de se chercher. L’auteur aborde des thématiques qui parlent : les responsabilités d’adultes, le fait de ne pas rentrer dans les cases, la jalousie, les espoirs de jeunesse et les désillusions. Tour à tour j’ai pris le parti de l’un ou de l’autre de ces amis. Bref, l’immersion au sein de leur groupe était bonne. De même j’ai partagé leurs craintes une fois perdus dans la forêt car, croyez-moi, c’est très facile de se perdre en forêt et de paniquer sans les connaissances ou les outils adéquats.

La première partie où les 4 amis sont perdus dans les bois et pourchassés par une créature était super, bien angoissante, pleine de promesse et de sang. Puis, on découvre la vérité et j’ai été déçue, un peu comme dans le film « le Village ». Tout le potentiel de l’histoire a été gâchée à mon sens par cette deuxième partie complètement sous-exploitée. L’histoire, la mythologie derrière est géniale, prenante et passionnante mais l’auteur ne l’a pas assez approfondie à mon sens. Je ne voudrais pas spoiler mais l’introduction de 3 nouveaux personnages a fait perdre l’aspect mythologique et ancestral. L’auteur traite d’autres thématiques et ce n’est pas inintéressant en soi mais j’attendais un meilleur traitement. Cette seconde partie était moins effrayante, on a une ambiance complètement différente à qui il manquait un petit quelque chose.

Du coup je ressors déçue. Cela partait si bien et malheureusement ça se termine de manière étrange.


 Ma note : :star::star::star::star-empty::star-empty:

Chronique Nobliaux et Sorcières

Terry Pratchett
Traduction : Patrick Couton 
L’Atalante
Fantasy
350 pages
19,90 € pages

Mon amie Elyra m’a offert ce roman car, honte à moi, je n’avais encore jamais lu de Terry Pratchett bien que je le connaisse de nom et de réputation. Commencer par son 14ème livre dans son vaste univers du Disque-Monde n’a pas été handicapant car apparemment ils peuvent à peu près tous se lire de manière indépendante. Connaissant bien mes goûts mon amie m’a choisie le livre où il est question d’une licorne.

Au début, je ne vous le cache pas j’ai été sceptique face à l’humour absurde de l’auteur mais petit à petit j’en ai compris les codes. Sa plume fluide, extrêmement maîtrisée et son univers riche m’ont convaincue. Ses personnages sont atypiques et tranchent avec les standards actuels de la fantasy avec des sorcières au physique (et au caractère) peu avenant, des mages plus érudits que manipulant des sorts et des elfes plus proches des psychopathes que des gentils résidents de Fondcombe !

L’intrigue fait suite à des événements précédents que je n’avais donc pas lus, mais je n’ai pas été perdue pour autant, le tome est effectivement autonome. Les personnages, bien qu’atypiques et très nombreux, se sont révélés attachants une fois que j’ai bien pu tous les différencier. J’ai bien aimé les trois sorcières, surtout Magrat avec sa naïveté touchante. J’ai passé un bon moment de lecture, c’était divertissante, dépaysant, assez déroutant mais plutôt drôle au final. Le groupe des mages notamment est assez loufoque. L’auteur soulève des questions de bon sens et de société. Grâce à son humour, il arrive à décrire avec un grand sérieux apparent les grands clichés de la ruralité avec les habitants du royaume de Lancre et de l’élitisme avec les mages.

Je suis donc contente d’avoir enfin pu découvrir cet auteur dont la réputation semble légitime. J’ai d’autres de ses romans qu’Elyra m’a prêté donc j’aurais l’occasion de revenir dans ce vaste univers du Disque-Monde. Il faut tout de même avoir l’esprit prêt à accepter du second degré pour lire ce genre de roman.


 Ma note : :star::star::star::star-half::star-empty:

Chronique : Les Chroniques Saxonnes T2

Bernard Cornwell
Traduction : Pascal Loubet 
Bragelonne
Fantasy
331 pages
22 € pages

L’ami Uthred est de retour ! Cela m’a fait plaisir de me replonger dans ses aventures, d’autant qu’on avait regardé la saison 4 peu de temps avant. Dans ce deuxième tome, nous voyons davantage un personnage que j’ai beaucoup apprécié dans la série, à savoir Leofric. Sa relation avec Uthred apporte une touche humoristique bienvenue compte tenu de l’ambiance générale toujours très assez plombante du fait de la guerre. Dans ce tome, le Roi Alfred, acculé, va en outre se cacher dans des marais où sévit la maladie, donc l’ambiance s’en trouve d’autant plus alourdie.

De nouveaux personnages font leur apparition comme le Père Pyrlig, très bien joué dans la série et le colossal Steappa, lui aussi très fidèle dans l’adaptation. Le fait d’avoir vu la série avant et tous ces personnages attachants, qu’ils soient saxons ou danes, me donne l’impression à ma lecture de retrouver de vieux amis.

L’intrigue est toujours très prenante, et historiquement passionnante avec la fuite d’Alfred, les dérives d’Uthred, les Danes à deux doigt de conquérir le tant désiré Wessex, l’importance grandissante de l’Église, etc. Uthred est de plus en plus tiraillé entre ses origines saxonnes et son éducation danoises. Il est extraordinaire car il arrive à se convaincre et donc nous convaincre lecteur (et spectateur) que ses choix sont toujours dictés par la loyauté et même si on a l’impression qu’il trahit l’un des camps, il parvient toujours à inverser la tendance. Uthred reste un ambassadeur pour les deux côtés et ça fonctionne.

J’ai trouvé malheureusement que la qualité narrative n’était pas toujours au rendez-vous. Je ne me souviens plus si c’était le cas dans le premier tome. Ici, j’ai trouvé que de nombreux passages manquaient d’empathie. Des morts, importants, sont traités sans susciter la moindre émotion au lecteur. J’ai tiqué plus d’une fois sur des répétitions de verbes, sur le manque de créativité et de vocabulaire diversifié. Sans la version originale, il m’est impossible de savoir si c’est l’auteur ou le traducteur qui en est à l’origine mais en anglais, comme en français, il existe une grande richesse de vocabulaire qui permet de nuancer et d’adapter des descriptions. J’ai trouvé cela plutôt pauvre dans ce tome.

Hormis ce point négatif, c’est toujours un réel plaisir que de me plonger dans cette partie de l’Histoire que je connais très mal et qui se révèle passionnante. La personnalité d’Uthred et tous les personnages qui gravitent autour de lui jouent beaucoup sur l’attachement que l’on ressent pour eux et sur notre envie de suivre leurs aventures.


 Ma note : :star::star::star::star::star-empty: