Chronique : Mr Mercedes

Stephen King
Traduction : Océane Bies et Nadine Gassie 
Albin Michel
Thriller
474 pages
23,50€

Voilà un livre qui squatte ma PAL depuis plusieurs années (sa sortie remonte à 2015) mais je ne sais pas, il m’attirait moins que d’autres Stephen King. Je m’attendais à autre chose, du coup j’ai été au début agréablement surprise de voir la direction que ce roman prenait. Je crois que j’ai été échaudée par Nosfera2 de son fils (Joe Hill) qui m’a profondément déçue.

J’ai donc été emballée par le début, qui nous propose un thriller efficace avec des personnages sympathiques et attachants. On a une brochette de personnages assez uniques, entre la classe et dynamique Janey, le jeune et talentueux Jerome, l’atypique Holly qui s’étoffe au fil du roman et qu’on apprend à mieux apprécier. L’inspecteur Bill est lui plutôt classique. Il ne m’a pas vraiment marqué. Brady était intéressant mais on nous fait des promesses non tenues à son sujet. Ça manquait un peu de profondeur et son intelligence n’est surtout montrée que par ses actes passés par ceux qu’il prend ensuite.

Ainsi, même si l’histoire s’est révélée plus intéressante que je ne le croyais, cela reste une lecture facile à oublier. Autant le prologue est clairement du 100% King, autant la suite, sans une once de fantastique, ne cassait pas trois pattes à un canard. Ce n’est clairement pas le meilleur des Stephen King à mon goût. Même s’il y a des prises de risque et des rebondissements inattendus, je n’ai pas vraiment frissonné ni eu trop peur pour les personnages. En fait, il nous appâte avec des possibilités qui ne se concrétisent pas (sauf une, époustouflante et terrible), alors que d’habitude on ne le voit pas venir et il frappe fort.

En conclusion ce fut une lecture pas désagréable mais pas forcément à la hauteur de ce que King peut faire. C’est trop classique, trop déjà vu, il n’apporte pas grand-chose de nouveau, ni même le côté haletant de certains thriller vraiment bien ficelés.


 Ma note : :star::star::star::star-empty::star-empty:

Top Ten Tuesday #13


Top Ten Tuesday #13

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish.

Semaine du : 18 avril 2017


Les 10 choses qui me donnent d’emblée envie de lire un livre
On part du principe que le genre relève d’office de l’imaginaire, ce qui n’influe pas sur mon choix puisque je lis à 90% de ça (les 10% restants sont du thriller ou de la romance )
1) L’auteur
 Il y a des auteurs que je suivrai les yeux fermés et dont j’achète tous les nouveaux livres (ou presque). 

2) La couverture
 Elément indispensable. J’ai souvent acheté des romans rien qu’à leur couverture, ce qui peut s’avérer à double tranchant !
Les réussites 🙂
 Les ratés…

Ceux que je dois encore lire 😉


 3) Le résumé
Car oui quand même il faut voir le contenu aussi !
 
4) La maison d’édition
Car je fais entièrement confiance à certaines petites et moyennes ME dont les choix littéraires sont en total accord avec les miens.
 

 

Les éditions Scrinéo

 Les éditions Bragelonne

5)  Rencontrer l’auteur en salon
C’est un réel plus et je suis souvent plus faible face aux arguments de vente ou au capital sympathie de l’auteur XD

 


 
 6) Les avis sur la blogosphère
 Grâce à certains avis, je me suis lancée dans plusieurs aventures livresques. Donc OUI les avis comptent !
7) Si Stephen King le recommande XD
J’assume ma groupie attitude !
 Sauf que je n’ai pas d’exemple sous la main Oo Mais je suis sûre d’avoir acheté des livres estampillés « Stephen King approved » ou quelque chose du genre !
 8) Si le livre a été adapté en série ou film
Cela attire ma curiosité et j’ai envie de connaître le livre avant l’histoire. C’est raté pour Le Trône de Fer mais pour Shannara je me suis bouffée l’intégrale avant de voir la série.


   

Chronique : Joyland


Stephen King
Albin Michel
Fantastique
21,90 €
350 pages
(prêté par les parents)
On a jamais fini de lire du maître KING !! Alors ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Je me suis dit fête foraine = idées glauques avec des clown, d’autant que c’est ce que le 4ème de couverture prévoyait. Ouais ben c’est limite mensonger. Car ce roman n’a vraiment que très très peu de fantastique (et où sont les clowns, je vous le demande ?)  A peine un fantôme entraperçu et quelques pouvoirs de prémonitions. C’est tout. Ce n’est pas non plus effrayant.
Et pourtant, mes amis, quelle belle lecture ! En fait, le livre nous raconte simplement cette période de la vie du héros quand il bossait dans un parc d’attraction. Alors dit comme ça, ça ne paraît pas casser trois pattes à un canard et pourtant ce récit était passionnant. La voix du narrateur, Devin, est entraînante et on suit ce sympathique américain de 21 ans au cœur brisé dans sa découverte de la fête foraine. Je n’ai pas vu les pages défiler ! J’étais aux côtés de Devin et je me suis passionnée pour sa vie, aussi simple soit-elle. C’est la touche magique de King, qui a toujours un grand talent pour nous parler de la vie normale de ses personnages pendant des heures sans que ce soit barbant.
Un récit juste, touchant et poignant, notamment en ce qui concerne le petit Mike. Une belle lecture, vraiment, empreinte d’une étrange nostalgie. Je ne connais pas du tout le milieu forain et encore moins les années 70 mais c’est comme si j’y étais, tout était si familier et accessible ^^
Ma note :  :star::star::star::star::star-half:

Chronique : Plein gaz


Stephen King et Joe Hill
JC Lattès
Fantastique
2€
86 pages
Un texte où Maître King et son fils collaborent en hommage à Matheson, j’étais obligée de le lire. Une nouvelle où l’on retrouve la touche du Maître, fan de bikers (il a joué dans les Sons of Anarchy, la classe moi je dis !), qui nous plonge par petite touche dans le quotidien des personnages. L’action s’en trouve un peu entrecoupée mais le suspens revient bien vite dès qu’on retourne dans le vif du sujet. Du coup, ça m’a donné envie de lire l’histoire de Matheson dont s’inspire Plein gaz. 
 En revanche, ne connaissant pas encore la plume du fiston, je n’ai pas pu comparer. Je verrai quand je me plongerai très bientôt dans Cornes.
Ma note:star::star::star::star-empty::star-empty: