Chronique : Âme ténébreuse, coeur lumineux

Anthologie d’auteurs francophones
Éditions du Chat Noir
Fantastique, Fantasy et Science-fiction
19,90€
297 pages
Sommaire :
Valérie Simon (voir le site)
Hilda Alonso (voir le site)
Anne Laure
Cécile Guillot (voir le site)
Lydie Blaizo
Denis Labbé
Lucie Chenu
Vincent Tassy(voir la page facebook)
Sophie Dabat (voir le site)
Sara Doke
 
J’ai acheté cette anthologie au dernier salon fantastique car résister aux achats en salon, c’est dur ! Je n’ai, à ma grande honte, pas lu de romans de ces Grandes Dames auxquelles ce recueil fait référence (Anne McCaffrey, Mercedes Lackey…) bien que j’en ai très largement entendu parler. Ceci dit, cela ne m’a pas empêché d’aimer cette anthologie. Je connaissais déjà la plume de certains auteurs de la liste mais j’ai pu en découvrir de nouvelles.
Je ne vais pas pas faire une chronique pour chaque nouvelle même si j’ai pris des notes pour chacune d’elles. Globalement la qualité est au rendez-vous et plusieurs thèmes sont abordés. J’ai détecté un certain classement par thématique justement : Mythe d’Arthur, sorcières, amants maudits…
 Du coup, les deux premières nouvelles traitent des légendes arthuriennes…. lesquelles ne me passionnent pas du tout. Je ne vais donc pas m’éterniser dessus d’autant que je n’y ai pas trouvé un grand intérêt.
Parmi mes nouvelles préférées figure celle d’Anne Laure Les Cartes de Lily. C’est un texte tout simple mais d’une grande puissance empathique. Il y avait beaucoup d’émotion et j’ai eu beaucoup de plaisir à suivre l’héroïne. Je n’ai pas lu la série de cette auteure aux Éditions du Chat Noir mais après avoir lu ce texte, je me dis que je devrais m’y mettre !
Les valeurs sûres de ce recueil sont pour moi Cécile Guillot avec sa très poétique, douce et très bien menée nouvelle Les sœurs de la Lune Noire où l’on découvre des sorcières très proches de la nature et Sophie Dabat avec Les dames de Sirhaven qui nous entraîne une nouvelle fois dans un texte fort, dur sur un thème difficile qu’elle sait si bien aborder.
J’ai bien aimé Du sang pour l’Adagio  de Lydie Blaizot (oui bon, c’est sanglant et en ce moment je monte beaucoup un cheval qui s’appelle Adagio : les ingrédients étaient réunis). Pareil, je ne connaissais pas cette auteure (seulement de nom) et j’ai passé un très bon moment même si la fin n’était pas ce que j’imaginais.
Enfin, dernier texte que j’ai beaucoup apprécié, celui de Vincent Tassy : Regarde ce qu’il y a dans sa tombe. Bon, déjà rien que le titre me plaisait. Je n’ai pas encore lu Apostasie de ce même auteur, ce qui ne saurait tarder car cette nouvelle m’a donné un excellent avant-goût de son talent. C’était un texte très bien mené, maîtrisé, intéressant, original avec des personnages attachants et bien développés. Bref, un équilibre parfait et si difficile à obtenir en nouvelle.
En conclusion, c’est un bon recueil, bien équilibré qui a surtout eu le mérite de confirmer le talent des auteurs que j’appréciais déjà mais surtout de m’en faire découvrir de nouveaux.
*Cette lecture entre dans le cadre de mon mini-challenge du mois de février : Lire une anthologie
Ma note ::star::star::star::star-half::star-empty:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s