Chronique : Passé déterré

Clément Bouhélier
Auteur francophone, voir la page facebook
Critic
Thriller, fantastique, horreur
21 €
380 pages

J’ai gagné ce roman lors du concours organisé par Book en stock pour leur Grand Prix de l’Imaginaire 2018. J’avais vu passer cet auteur, Clément Bouhélier dans le catalogue des éditions Critic et il me tentait depuis un moment. D’ailleurs, vu que le mois d’octobre lui sera consacré sur Book en Stock, vous allez entendre parler de lui à nouveau chez moi aussi 😉 

J’ai donc pu me familiariser avec cet auteur lors de ma lecture de son « one shot » Passé Déterré. À la lecture du résumé, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à un vieil épisode d’une série, je ne sais plus si c’était les contes de la crypte ou autre, où des morts sortaient de leur tombe et retournaient dans leur famille. De mémoire c’était assez bienveillant. Mais Passé Déterré n’a rien à voir avec ce que j’imaginais. 

Le style de l’auteur est agréable à suivre, fluide et sans fausse note. Le roman prend le temps de bien poser le contexte, de ce fait, il se passe pas mal de temps avant que les éléments fantastiques ne soient exposés à la lumière. L’ambiance est très réaliste, comme souvent quand des auteurs français nous plongent dans des petits villages de France. Cela peut se passer n’importe où au final, ce qui renforce notre identification aux personnages. Même le drame qui frappe ces familles, un accident de bus mortel où plusieurs enfants sont tués, sonne tristement réaliste. Un fait divers parmi d’autres, qui trouve écho n’importe où en France aussi. Il n’y a pas si longtemps, un bus scolaire avait été fauché par un train aussi. Bref, le contexte est à la fois universel et très intimiste puisque l’on parle de deuil. 

Nous suivons surtout Estelle, qui pense avoir surmonté la mort de son unique enfant, même si pour cela elle est séparée du père de son garçon. J’ai aimé le fait que l’auteur nous montre les réactions des parents plusieurs années après et non juste après le drame. Six ans ont passé et les familles ont toutes réagi différemment à cette épreuve. Cela dépend de s’ils avaient ou non d’autres enfants, s’ils sont restés ou partis et si les couples ont tenu malgré l’adversité. Cette vision a ajouté de la richesse à cette ambiance réaliste.

Estelle est une femme à laquelle il est facile de s’identifier. Elle est sympathique, et sans s’apitoyer sur son sort, sa détresse est palpable et on la partage avec elle. Elle est attachante et on lui souhaite de s’en sortir et de recommencer sa vie même si on sait au fond de nous que c’est impossible d’effacer la mort de son fils et qu’elle ne pourra jamais l’oublier. Alexandre, un autre père qui a perdu son enfant, est aussi très intéressant. Il s’est encore plus renfermé qu’Estelle, on le prend pour le violent et le fou, lui qui a cédé à l’envie meurtrière de la vengeance. On suit également les points de vue des responsables : le Maire qui a fermé les yeux, le chauffeur bourré rescapé et son frère qui dirige l’entreprise familiale. Sans tomber dans les clichés des méchants, l’auteur nous dépeint des personnes humaines qui ont commis de terribles erreurs. Il aborde à travers tous ses personnages des sujets classiques mais qui sont toujours très instructifs dès lors qu’on y réfléchit : la vengeance, la culpabilité, ce fameux enfer pavé de bonnes intentions, le deuil évidemment ainsi que le pardon. Il y a aussi cette agaçante « normalité », qui veut que au-delà d’un certain temps, on est obligé de tourner la page. 

Bref, cette histoire est très prenante même si, au final, l’action ne démarre vraiment que sur la fin. Il y a une tension grandissante et surtout le fait qu’on imagine un schéma classique, la vengeance, qui n’est pas tout à faire suivi. Tout le monde peut être visé car l’origine du mal qui sévit sur ce village est bien plus complexe qu’il n’y parait et plus intéressante aussi. Je ne peux pas trop vous en dire au risque de spoiler mais la raison pour laquelle ces morts reviennent est inattendue et bien traitée. L’auteur n’est pas tombé dans le déjà-vu ni dans la facilité.  Il y a un lien profond lié au village qui est exploré au travers de flash-back. La fin… la fin nous remplit d’espoir jusqu’à ce que le prologue vienne tout réduire à néant. C’était très bien joué de la part de l’auteur. 

En conclusion, j’ai passé un très bon moment avec cette lecture riche en émotions. On ne tombe pas dans le cliché et tout est fait pour que le lecteur s’identifie au contexte ainsi qu’aux personnages. Cela pourrait être vous, comme vos voisins du village d’à côté. L’histoire est prenante, on a envie de suivre ces personnages et même si certains pourraient trouver le rythme lent, je n’ai ressenti aucune longueur. Clément Bouhélier est donc un auteur français à suivre… et que j’ai eu grand plaisir à retrouver avec son dernier roman en date. Plus d’infos en octobre !

Ma note : :star::star::star::star-half:

2 réflexions au sujet de “Chronique : Passé déterré”

  1. il y a une série pas très vieille qui a un pitch semblable : \ »Revenants\ » dans un village français, des morts sont revenus à la vie et, ignorant qu'ils sont morts, et que du temps a passé depuis, il rentrent chez eux, comme si de rien n'était.

    J'aime

  2. Mince, je n'ai pas reçu de notification de ton commentaire, je le vois seulement maintenant, désolée. Oui je connais de nom cette série (qui a été ensuite adapté en USA je crois), je ne l'ai pas encore vu mais il paraît qu'elle est bien !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s