Chronique : Rouge toxic

Morgane Caussarieu
Autrice francophone, voir son blog
Actu SF / Naos
Jeunesse, fantastique
14,90 €
348 pages

Après avoir eu un gros coup de cœur pour Dans les veines et avoir adoré Je suis ton Ombre, je ne pouvais pas passer à côté de Rouge toxic, le petit dernier roman SFFF de Morgane Caussarieu. Je le lui ai pris aux Imaginales 2018 où j’ai enfin pu la rencontrer et discuter un peu avec elle malgré la fournaise !

Rouge Toxic est un livre estampillé jeunesse. Le sachant, je m’attendais évidemment à ce que la plume de Morgane soit un peu plus allégée. J’avais cru comprendre, d’après la dédicace de l’autrice, que nous allions revoir des personnages de ses autres romans et je ne m’attendais pas à être si heureuse de revoir un certain Punk ! Mais revenons au style de Morgane qui a su s’adapter à un public plus jeune, même si ne nous leurrons pas, cela ne reste pas abordable avant un certain âge car il y a de la violence, du sang et de l’addiction. L’alternance de courts chapitres d’un point de vue de Farouk le vampire enfermé dans un corps d’ado, ou de Barbie, l’humaine spéciale, ainsi que les phrases courtes et percutantes collent parfaitement au lectorat cible.

Le roman donne le ton dès le départ : ce sera sanglant. Et c’est un vrai régal. Les vampires de l’autrice sont toujours aussi dangereux mais curieusement attachants. Ultime honte sur moi j’avais oublié certains aspects pourtant juste primordiaux de Je suis ton ombre et Dans les veines, comme la mort d’un des personnages hyper important… Bon du coup ma surprise n’était pas feinte à cette annonce ! 

La force de ce récit, c’est Farouk. Il est très différent des autres vampires du clan de l’autrice, il se croit même le seul vampire au monde ! S’il savait ! J’ai bien plus apprécié Farouk que Barbie. Il lutte contre ses démons tout en restant relativement droit dans ses bottes. Contrairement à d’autres, Farouk n’aime pas forcément prendre des vies et le roman va donc s’intéresser à cette humanité qu’il a conservée, ainsi qu’à la notion de famille et d’appartenance à une communauté. 

Dans la première partie du roman, nous restons au lycée (et au centre équestre, et cette fois Morgane n’a pas tué de cheval, merci 😉 ) où l’autrice nous dépeint avec réalisme la cruauté de ce monde. On y parle exclusion, différence, bizutage. Difficile de ne pas s’identifier à l’un ou l’autre des laissés pour compte ou de ne pas maudire les reines de la ruche. La critique du noyau familial n’est pas en reste à travers les yeux de Barbie qui est à la recherche d’un peu d’affection de la part de son tuteur vu que toute sa famille est morte ou la rejette.

Les choses s’accélèrent dans la deuxième partie, nous avons des révélations sur la nature de Barbie et Farouk découvre sa famille vampirique. Autant j’ai bien aimé Barbie dans la première partie, autant dans la seconde elle régresse. Si je l’ai enguirlandé pour ses erreurs et sa bêtise qui s ‘annoncent fatales pour certains personnages, je me suis ensuite rappelée qu’elle n’avait que 15 ans. On avait tendance à l’oublier vu qu’elle semblait assez mature dans la première partie et que Farouk, avec ses années d’existence derrière un visage d’ado, est plus réfléchi (enfin, sauf quand le sang entre dans la danse). Dans cette seconde partie, l’histoire prend donc une nouvelle ampleur et forme un ensemble cohérent et très intéressant pour qui a lu Dans les veines et/ou Je suis ton ombre. Certaines affaires trouvent leur conclusion, notamment pour un personnage clé de Dans les veines qui méritait enfin sa délivrance. Et si on ne les a pas lus, cela donne envie de creuser (ou de relire comme moi vu que j’avais zappé beaucoup de choses). La fin laisse aussi une belle ouverture pour poursuivre sur ce sujet.

À la lecture du 4ème de couverture je m’attendais à une relation plus malsaine entre Farouk et Barbie. En fait, ce roman est une excellente porte d’entrée pour tous ceux qui ne connaissent pas l’univers de Morgane Caussarieu ou qui aiment un peu l’horreur mais pas trop. En revanche, pour les habitués, c’est une promenade de santé (quoique… ce qui se passe dans cette chambre d’hôtel…brr) et je suis un peu frustrée car je sais que l’autrice peut aller tellement plus loin dans le glauque, le sanglant et l’horreur de la psyché humaine. Mais c’est un roman jeunesse, tel est le deal

En conclusion, j’ai beaucoup aimé ce roman, en grande partie grâce à Farouk qui est un personnage fort, attachant et très intéressant à suivre. L’univers de Morgane Caussarieu est toujours un régal et j’espère qu’elle n’en a pas terminé avec ses vampires méchants. Je vous conseille à 100% ses romans… si vous avez le cœur bien accroché ^^


Ma note : :star::star::star::star::star-half:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s