Chronique : la Faucheuse T2 : Thunderhead

Neal Shusterman
Traduction : Stéphanie Leigniel

Robert Laffont, collection R
Young Adult, SF
19,50 €
571 pages

Le premier tome avait été un beau coup de cœur (voir ma chronique ic), c’est donc tout naturellement que j’ai demandé la suite. J’ai retrouvé avec plaisir l’univers original créé par l’auteur ainsi que les personnages. J’avoue avoir eu un peu de mal à me souvenir ce qui s’était réellement passé à la fin du tome 1 mais je suis parvenue à raccrocher les wagons.

Nos deux héros Citra et Rowan ont bien mûri et ont dû prendre des chemins différents. De nouveaux personnages les rejoignent comme Greyson, que j’ai beaucoup apprécié même si certaines parties le concernant sont un peu survolées (comme Purity par exemple) mais il nous permet d’en apprendre davantage sur les Malpropres.

Le grand nouveau c’est le Thunderhead dont les pensées ponctuent les chapitres. On est loin du grand méchant Skynet comme je l’avais cru à la fin du premier tome. Au contraire, c’est une intelligence artificielle qui œuvre pour les humains de manière juste, mesurée et intelligente. Ses réflexions sont très intéressantes et amènent à l’introspection. En revanche il ne peut intervenir sur les faits et gestes des Faucheurs, il est donc restreint au rôle d’observateur à l’instar du lecteur et c’est très frustrant.

J’ai craint pour nos jeunes héros et les Faucheuses que nous connaissons car les heures sombres approchent et il ne fait pas bon d’être du côté conservateur. La fin est très inattendue et n’épargne personne, cela augure un tome 3 très différent, mais j’ai l’impression que ce genre de stratégie est assez courante maintenant dans les Young Adult. C’est un peu à double tranchant pour moi. A voir, donc !

Ce deuxième tome est plus sombre que le premier, moins enthousiasmant aussi car dans le premier nous avions la découverte du métier de faucheur, c’était passionnant. A présent, Citra et Rowan doivent assumer leurs choix et faire leur place dans la société, chacun œuvrant à sa manière et pensant que c’est la bonne.

La Faucheuse est vraiment une bonne série, intelligente, différente des dystopies habituelles (l’auteur lui-même voulait une utopie), moderne et servie par des personnages attachants et avec du plomb dans le crâne. Je vous la recommande chaudement.

 Ma note:star::star::star::star::star-half:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s