Chronique : Le Dieu-Oiseau

Aurélie Wellenstein

Autrice française
Scrinéo
Fantasy
16,90 €
333 pages

J’avais lu et globalement apprécié les précédents romans de l’autrice, Le Roi des Fauves et Les Loups Chantants, même s’il y avait toujours un petit manque d’approfondissement à mes yeux, notamment sur la fin des Loups Chantants. Il n’en demeurait pas moins que les intrigues étaient intéressantes et surtout très prenantes. L’ambiance, la violence, les profonds sentiments d’injustice sont les points forts de l’autrice dans tous ses récits et le Dieu-Oiseau n’y échappe pas. 

L’ambiance générale du roman est sombre et glauque. Le postulat du pays où vit Faolan est que tous les dix ans a lieu une épreuve terrible, sorte de Battle Royal. A l’issue de la quête de l’œuf d’or sur l’île des dieux, le vainqueur règnera sur les autres clans et réduira tous les autres en esclavages, et s’il peut bouffer les vaincus, tout n’est que mieux. J’ai déjà eu du mal avec ce concept ultra violent (cela ne me dérange pas en soi) mais que je trouve bancal. Dévorer le cœur de l’ennemi est une coutume qui a été découverte chez certains peuples et la croyance qui fait qu’on s’approprie les pouvoirs ou l’âme de la personne peut se comprendre. Mais le reste, la mise en esclavage des anciens vainqueurs et l’oppression générale de tout le monde sur une terre qui m’a donné une impression de désolée, je trouve ça contreproductif et je vois mal comment ils ont pu survivre aussi longtemps. Et surtout, devoir remettre le titre en jeu avec un mélange d’anciens esclaves et de maîtres, je ne vois pas du tout ce principe durer. Les forts auraient dû vouloir garder leur titre depuis un bail. Tout ceci me paraissait donc « trop », il n’y avait pas forcément besoin d’autant pour justifier tout ce qui a été mis en branle ni la quête de Faolan, car au final je n’ai pas réussi à m’identifier à ces peuples.

Notre héros, Faolan, est réduit en esclavage, et a vu sa famille être massacrée et dévorée par ceux qui le briment actuellement, dont son maître Torok. Et donc Faolan va vouloir participer à cette course (tout le monde peut y prétendre). On nous dit que la vengeance pousse Faolan à participer mais des fois je me demandais si Faolan lui-même savait ce qu’il voulait vraiment. Ses convictions ne m’ont pas forcément convaincue du coup je le voyais mal tenir ces épreuves, déjà qu’on nous dit bien qu’il n’a aucune condition physique, rien que la première épreuve, il aurait dû mourir noyé. Il y a un décalage entre ce que l’on nous dit, l’épreuve décrite, l’état physique (car après il se blesse) et ce qu’il parvient à accomplir. Ce n’est pas très crédible à mes yeux. Je suis restée assez extérieure à notre héros, ayant plus d’empathie pour certains de ses concurrents.

Les points positifs sont quand même une excellente immersion dans l’ambiance sombre, dans les épreuves, dans cette lutte incessante et tous les pièges que recèle l’île où Faolan et ses concurrents vont se retrouver. La psychologie de Faolan et sa relation avec Torok aussi est très intéressante, même si elle vient trop tard à mon goût, sur la fin c’est beaucoup mieux traité et ça monte en puissance mais j’aurais aimé avoir ces cartes-là en main bien avant histoire de rendre Faolan plus crédible dès le départ. Cela aurait permis davantage d’empathie face à la crédulité du personnage. J’ai vraiment tourné les pages avec intérêt pour savoir justement ce qui se cachait derrière cette quête, derrière ces anciens champions, derrière les visions de Faolan et quel serait son choix final. Malheureusement,  la fin m’a déçu. Il y avait encore une fois un tel potentiel d’idées à explorer sur le psychisme, les cercles vicieux, l’espoir… or, encore une fois pour moi ce n’est pas assez approfondi. Il y avait plusieurs fins possibles et l’autrice aurait pu sans aucun problème en choisir une autre sans pour autant perdre son public à mon humble avis.

Du coup je ressors encore une fois mitigée car la lecture est très prenante, l’ambiance est très travaillée et sombre, violente et malgré les défauts que j’ai pu trouvé j’ai plutôt apprécié ma lecture, mais la fin encore une fois n’est pas assez aboutie pour moi. Après tout ce qui est déployé, je trouve que ça retombe comme un soufflé. On vend ce livre comme le plus gore et violent de l’autrice mais j’ai envie de dire « et pour quoi faire ? » Je recherche encore le but, le message, au-delà de Faolan qui cherche à s’émanciper.


Pour autant le prochain roman de l’autrice sera dans ma PAL, ça traite d’élévation du niveau de la mer et d’impact écologique donc en gros c’est mon métier donc je serai au rendez-vous en espérant qu’il n’y aura pas ces mêmes défauts.

Ma note : :star::star::star::star-empty::star-empty:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s