Chronique : Les Dieux Sauvages T1 la Messagère du Ciel

Lionel Davoust
Auteur francophone (voir le site)
Critic
 Fantasy
25€
649 pages
Si vous me suivez par ici, vous savez déjà que j’apprécie beaucoup Lionel et que j’ai lu quasiment tous ses romans (voir mes avis sur la fin de Leviathan, la Route de la Conquête ou encore Port d’Âmes). C’est donc les yeux fermés que j’ai acheté ce nouveau roman lors des Imaginales de 2017. Bon il m’aura fallu tout ce temps pour m’y mettre, la faute aux 649 pages impressionnantes… que j’ai avalées sans les voir au final.

Je vais mettre les choses au clair dès maintenant : ce livre a été un coup de coeur intersidéral. Donc attendez-vous à des commentaires dithyrambiques (non sponsorisés !).

Un mot sur l’objet livre qui est très beau et soigné (bon, ça ne m’étonne plus, je commence à avoir quelques livres des Editions Critic dans ma bibliothèque) avec une très belle couverture qui rend un bel hommage à notre héroïne, Mériane. Cela lui correspond en tout point alors chapeau à l’illustrateur.

Ce qui m’a plu, sans surprise, fut la plume de Lionel qui est fluide, travaillée et qui me donne toujours l’impression que chaque mot a été pesé. Je suis toujours admirative. Il n’y a rien en trop et il ne manque rien.  La lecture est donc très agréable.

Le monde est extrêmement riche. Port d’Âmes, la Volonté du Dragon, La Route de la Conquête et les Dieux Sauvages se déroulent dans le même univers mais à des époques si différentes que vous n’êtes pas obligés d’avoir lu les autres romans qui restent parfaitement indépendants. Bien sûr, je vous encourage à le faire car, d’une part ils sont géniaux et, d’autre part, cela vous donnera une autre vision de cet univers. Car la Volonté du Dragon et la Route de la Conquête se déroulent aux âges d’Or de ce monde dont il nous reste des traces dans Les Dieux Sauvages. Tandis que Port d’Âmes se passe bien plus tard… d’ailleurs on y faisait mention de Mériane (détail que j’avais oublié… tant mieux comme ça je ne me rappelle plus de ce qu’il lui arrive). Bref, pour mieux vous rendre compte de l’envergure de l’univers créé par Lionel, je vous conseille de lire ses autres romans de fantasy.

De ce fait, je n’étais pas totalement dans l’inconnu, j’avais des détails « rassurants » sur l’univers, déjà sur son futur mais aussi sur des notions que je connaissais déjà comme l’influence de l’artech et les armures. Malgré tout j’ai bien été dépaysée et j’ai plongé sans hésitation dans cette nouvelle aventure. Encore une fois le travail de fond est admirable, tant pour le contexte que pour les descriptions des différents lieux.

Le monde décrit ici est terriblement injuste et rétrograde. On est retourné au Moyen-Âge pas si lointain où les femmes sont des pécheresses et l’Eglise toute puissante. Ce contexte a suscité en moi autant de colère que de peur.

Mais ce qui a fait la force de ce roman à mes yeux et qui vaut mon coup de coeur, ce sont les personnages qui sont tous dotés d’un charisme, d’une personnalité et de desseins propres qui les rendent tous géniaux. Nous suivons environ 8 points de vue très différents mais qui tous sont très travaillés. Grâce à eux j’ai ressenti de l’admiration, de la colère, de l’injustice, de l’espoir, du désespoir, de la peur aussi mais surtout une grande combattivité. Si on pressent que certains vont prendre de l’ampleur dans la suite (Erwell), d’autres comme Juhel m’ont autant impressionnés qu’effrayés. Ce personnage est criant de réalisme et à l’image du bouquin : travaillé au millimètre. Je l’ai aimé autant que détesté. Je ne peux pas revenir sur tous les personnages mais sachez qu’ils sont tous intrigants et qu’on veut tous les suivre.

Le pilier du roman, à savoir Mériane est telle que je l’imaginais, avec plus de verve ce qui est d’autant mieux. Cela a été très facile pour moi de m’identifier à elle. Sa force de caractère et sa détermination sont admirables et encourageantes. Elle est exactement telle que je la voulais, avec ses forces, ses faiblesses et surtout humaine. Elle est forte, courageuse, avec du caractère et surtout des convictions qui lui permettent de survivre à cette période injuste. Même avant d’être la porte-parole de l’un des Dieux, elle était très charismatique. Je n’ai absolument rien à lui reprocher (comme l’ensemble du roman) et je suis même impressionnée.

Mais la personne qui a déclenché dès le départ mon coup de cœur pour ce roman n’est pas l’héroïne. Non, c’est Léopol. Alalala, Léopol ! Cela faisait si longtemps qu’un personnage ne m’avait pas autant inspirée. Pourtant sur le papier, ce pauvre Léopol n’avait rien pour me plaire : un religieux aveugle, propre sur lui, qui suit les ordres sans réfléchir, hautain et agaçant. Mais que voulez-vous, un coup de foudre ne se contrôle pas ! Son duo explosif avec Mériane fonctionne du tonnerre et je trépignais de le voir évoluer, de le voir peu à peu laisser parler son humanité au lieu de ses dictats religieux. Je n’ai pas été déçue et j’ai tellement hâte de le retrouver dans le prochain tome. Il est juste G-E-N-I-A-L. Oui, cela s’appelle du fangirling, j’assume XD

En conclusion, ce roman est à la hauteur de ce que j’espérais. Il est passionnant, riche, haletant, terriblement injuste, cruellement réaliste et porteur d’un espoir que l’on ne peut qu’embrasser. Certaines scènes de guerre sont si bien décrites qu’elles étaient à la limite du soutenable (et pourtant l’horreur ça me connaît). Bref, vous ne lirez pas ce premier tome : vous le vivrez.

Et vive Léopol !!!!

Ma note : :star::star::star::star::star:💕

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s