Chronique Aeternia 2 : L’envers du monde

Gabriel Katz
Auteur français, voir la page Facebook
Scrinéo
Fantasy
20 €
390 pages
Ma première constatation lorsque j’ai ouvert ce second tome d’Aeternia a été que j’ai commis une grave erreur en laissant passer autant de temps entre ma lecture des deux tomes. En effet, j’ai lu le premier tome en juin 2016 et comme je l’avais prêté, je n’ai pas pu relire les dernières pages. L’Envers du Monde n’offre pas de résumé du premier tome et sa 4ème de couverture est très floue. Du coup, j’ai mis du temps avant de me replonger dans l’histoire et je ne savais plus qui était le ou les traîtres.

Alors oui, c’est un Page turner comme on dit. C’est haletant, c’est bourré de bonnes idées, le héros de ce tome-ci, Desmeon est attachant, l’univers est vraiment intéressant et encore une fois l’auteur aime nous surprendre et mettre à mal les codes du genre. On enchaîne l’action, les trahisons, les injustices, des scènes difficiles à supporter, quelques accalmies, des manipulations etc. Malheureusement, je n’ai pas été conquise contrairement au premier tome.

La faute a un rythme qui ne m’a pas convaincu, où des scènes importantes concernant la psychologie des personnages et les liens qui se créent ou se dissolvent sont traitées trop rapidement alors que des scènes de bataille dans la ville se multiplient par exemple. L’aspect temporel était aussi bizarrement abordé puisque nous avons de l’action à foison en quelques heures puis de gros creux de plusieurs semaines pendant lesquelles l’histoire n’avance pas alors qu’une révolte ravage la ville. On a des révélations tout au long du récit, comme par exemple la nature du prophète… mais cette information n’est pas exploitée.

J’ai donc retrouvé ici les défauts que j’avais soulignés dans le dernier tome du Puits des Mémoires. L’auteur nous fait des révélations fracassantes puis hop elles sont balayées. Un personnage important meurt en fin du premier tome, c’est un tsunami… et c’est à peine évoqué dans le début du second qui prend pourtant place tout de suite après. On préfère s’attarder sur les frasques d’un autre personnage plutôt que sur les émotions. Cela m’a déçue, tout le monde s’en contrefiche.

Les personnages sont intéressants et ont du potentiel, même si Desmeon ressemble un peu trop à Olen du Puits des Mémoires, Synden est très prometteuse, Ismaen le grand prêtre aussi, ainsi que Varian, le chroniqueur. Le bât blesse au niveau des relations où tout est trop rapide, trop superficiel pour que l’on puisse réellement y croire. La révélation finale sur Desmeon manque de base tout au long du récit, ça arrive comme un cheveu sur la soupe, cela aurait mérité davantage de préparation.

En bref, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé mais encore une fois l’auteur place la barre très haut dans le premier tome et ne nous offre pas de suite à la hauteur malheureusement. C’est donc une déception car je m’attendais à mieux avec de telles idées ! C’est d’autant plus frustrant que l’auteur est très sympathique et que son univers me plaît !

Ma note : :star::star::star-half::star-empty::star-empty:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s