Chronique : American Gods

Neil Gaiman
J’ai Lu
Fantastique
599 pages
8,90€

J’ai vu la série avant de lire le roman et j’aurais clairement dû faire l’inverse car j’ai préféré de loin l’adaptation télévisuelle au livre !

L’idée de départ de Neil Gaiman est géniale, et j’y ai tout de suite adhéré en grande amatrice de divinités anciennes, seulement à l’inverse de la série, je trouve qu’ils ne sont pas assez mis en valeur dans le roman. Pourtant il en a des pages, et l’auteur aurait eu mille fois l’occasion de faire ce qu’il a réussi dans la série : leur donner une place plus importante, plus juste.

Quelle n’a pas été ma déception de voir que mon personnage préféré de la série, Sweeney le Dingue notre cher Leprechaun était à peine présent dans le roman ! Une bonne partie de mon intérêt s’en est allé quand j’ai compris que les dieux n’étaient pas autant mis en valeur. Certains le sont, comme Czernobog et les trois Zorya, ainsi que, heureusement, Ibis et Chaquel. La plupart des autres sont en fait évoqués au travers de courts chapitres, comme le Djinn ou Bilquis, même Nancy est relégué en arrière plan. Le Technicien est aussi bien mieux dans la série, de même que Monsieur Monde. Même Laura, malgré tous ses défauts, étaient plus présente et intéressante dans la série.

En fait, il n’y a qu’Ombre et Voyageur qui sont au centre. Ombre et son air toujours à l’ouest, qui subit les événements sans trop d’émotion et pour lequel on a peu d’empathie. Et Voyageur, plus ambigu ici, ce que j’ai apprécié et que je ne pouvais m’empêcher d’imaginer sous les traits de l’acteur, j’entendais sa voix. Il était suffisamment bien développé pour qu’on puisse se le représenter dès le départ. La fin m’a surprise en revanche, elle est cohérente et en adéquation avec l’esprit global du roman.

En gros j’ai été déçue, je m’attendais tellement à retrouver l’esprit de la série mais cette dernière a transcendé et sublimé le livre de départ alors que d’habitude les romans sont meilleurs et plus détaillés que leurs adaptations. Ici je n’ai pas ressenti la fièvre et la grandeur des dieux, même dans leur chute et leur décrépitude. Et puis mince, mon Leprechaun… J’ai trouvé d’autant plus frustrant de voir tous ces dieux si prometteurs peu abordés, que certains passages étaient longs et peu intéressants, comme la partie sur Lakeside.

Bref, il faut toujours lire les romans avant leur adaptation mais pour une fois ce n’est pas parce que l’intrigue m’était dévoilée et qu’elle m’enlevait goût à la lecture, mais bien parce que ma lecture n’était clairement pas à la hauteur des idées de base de l’auteur et du développement de la série. Une série que je vous conseille vivement (si vous ne l’aviez pas compris !)

Ma note : :star::star::star-half::star-empty::star-empty:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s