Chronique : Existence

David Brin
Traduction : Claude Mamier
Bragelonne
Science Fiction
25 €
740 pages
J’ai poursuivi mon été spécial David Brin pour un projet particulier dont j’espère pouvoir vous parler d’ici la fin de l’année. Après Jusqu’au Cœur du soleil et Marée Stellaire, je me suis plongée dans Existence qui est sorti en 2012 dans sa version originale. La petite anecdote marrante : mon père l’a aussi acheté (en numérique lui) et nous en avons discuté par hasard. Les chiens ne faisant pas des chats , nous avons eu le même avis !

Que dire de ce roman ? Déjà, c’est un sacré pavé qui m’a occupé presque tout le mois d’août (du 11 au 02 septembre, ce qui est énorme pour moi). C’est un grand format de 740 pages où je dirai 400 à 500p auraient largement suffi. J’ai retrouvé une partie des défauts évoqués dans le premier tome d’Elévation, à savoir une multitude d’idées qui se succèdent sans réel lien. Ce roman aurait pu être découpé en plusieurs tomes, cela aurait sans doute mieux valu d’ailleurs, cela aurait atténué cette impression que l’auteur voulait nous en mettre pleins les yeux avec 36 idées à la fois.

Nous suivons une dizaine de personnages et nous avons aussi à chaque fin de chapitre un extrait de livres, d’interviews ou de journal. Le pire c’est que ce livre est très intéressant ! Je n’ai pas bâclé une seule page de ce pavé (enfin si, quelques extraits répétitifs sur la fin, allez, disons 10p sur 740 !). Je voulais connaître le fin mot de l’histoire, je voulais savoir ce qu’était réellement cet artefact trouvé aux abords de la Terre par l’astronaute Gérald Livingstone.

Je ressors donc avec une étrange impression d’avoir lu plusieurs livres passionnants en un mais qui était bien trop long avec un final frustrant où je ne n’ai pas toutes les réponses. Le fameux « tout ça pour ça ». Honnêtement j’en attendais plus et j’attendais même un lien avec son cycle Elévation plus important que cela. J’ai même cru un moment que c’était une préquelle mais il semblerait que non. Du coup, il a fait un clin d’oeil avec ses dauphins… qui a dû durer une centaine de pages pour rien.

Vous vous retrouvez donc avec des idées en vrac, très intéressantes mais pas exploitées jusqu’au bout : l’élévation du niveau de la mer, les cyborgs, les robots, les extraterrestres, la vie éternelle, les riches qui contrôlent le monde, la réalité virtuelle qui prend le pas sur la vraie vie, la conscience collective sur l’internet etc. Bref, que des choses super à aborder mais qui auraient mérité presque un livre chacune pour être traitées à fond.

Le principal thème reste le contact extraterrestre. Là aussi l’auteur prend une drôle de direction, aux antipodes de ce qu’on imagine dans les nombreux films et autres livres. C’était original, atypique et bien vu mais un peu trop long et emmêlé dans d’autres idées qui rendent le tout flou et difficile à comprendre. L’intérêt final m’a complètement échappé.

C’est assez compliqué pour moi de résumer mon avis tant il y a d’aspects développés. Je suis à la fois frustrée et contente de ma lecture. Une chose est sûre : ce pavé est vraiment intéressant !

Ma note : :star::star::star::star-empty::star-empty:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s