Chronique : Le Jarwal


Patricia Le Sausse
Auteure francophone
Éditions du Riez
Fantasy
19,90€
367 pages
Le 4ème de couverture m’avait fortement intriguée et j’étais curieuse de suivre les aventures de Basile, apprenti bourreau qui possède la capacité de ressentir les émotions des autres et de s’en servir.
L’idée de base est originale et pleine de promesse, l’écriture fluide, agréable, les émotions sont bien retranscrites et le lecteur est plongé dedans. Je suis partie avec la conviction que nous aurions un bon dans le temps mais en fait non, tout se déroule très vite et nous suivons Basile à l’âge de 17 ans tout du long. D’ailleurs, j’ai eu du mal à me dire qu’il était aussi âgé, en fin de compte il paraissait plus jeune.
L’histoire au départ est intéressante, puis quand s’éternise le voyage de Basile, je me suis essoufflée, je me suis demandée où l’auteure voulait en venir et au final, cette double idée de base fils de bourreau + ressentir les émotions n’est pas utilisée de la manière dont je l’imaginais. En réalité, le fait d’être fils de bourreau ne sert qu’à illustrer l’isolement de Basile.
Pour moi, l’auteure a voulu développer plusieurs pistes à la fois et du coup je ressens un goût d’inexploité. On sort des révélations du chapeau mais sans avoir l’impression que c’était prévu dès le départ. Basile est sympathique et pour une fois ce n’est pas le héros habituel. Son double émotionnel est une bonne idée, Amauri est insupportable mais on n’arrive pas à lui en vouloir. Les idées pour les « méchants » sont intéressantes mais ça arrivait à la fin et manquait un peu d’envergure.
Je suis donc mitigée car ce n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais. Ce n’était pas inintéressant mais pas transcendant non plus. En outre, l’auteure use des notes de bas de page, or dans un roman c’est, à mes yeux, à utiliser avec parcimonie. Ici, l’auteure a voulu utiliser un phrasé médiéval, sauf que nous rappeler à chaque fois que X toises fait X mètres n’est pas utile. Soit tu assumes le langage médiéval et tu laisses le lecteur chercher combien ça fait (ou alors pourquoi pas un glossaire pour les rappeler à la fin), soit tu utilises d’emblée le système métrique actuel. Les notes coupent la lecture et devoir m’arrêter pour lire qu’une roselière est une zone où poussent les roseaux est inutile.
Ma note:star::star::star-half::star-empty::star-empty:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s