Bilan de lecture mars 2016



Fantasy

Lecture du mini-challenge inspiré du blog des Petits mots de Saefiel
Le thème de mon mini-challenge du mois ^^ était :  lire un livre qu’on m’a prêté
  
–   La ronce d’or T2 : la peinture de sang (JV Jones) *Coup de cœur*
Prêté par Elyra

Oui alors vu mon bilan du mois dernier, vous vous doutez que je n’ai pas cherché très longtemps pour savoir quelle serait ma lecture du mini-challenge de mars XD 

J’ai donc replongé avec une grande impatience dans la suite des aventures de Tessa et de mon Ravis pour lequel j’avais eu un grooos coup de foudre dans le T1. C’est encore un sans faute ! J’ai énormément apprécié le gros travail sur la construction des personnages. Ils ont tous un passé très bien exploité, crédible et fouillé. Il n’y a que les personnages de Camron et la femme d’Izgard qui n‘ont pas su me toucher. Les autres, c’est symbiose direct. 

L’histoire trouve donc sa conclusion, un poil rapide après tout ce que les personnages ont dû vivre mais fiou les combats avant le final sont éprouvants pour les persos et j’ai sué avec eux. L’intrigue se tient très bien et on regrette de devoir quitter cet univers. 

La pauvre Tessa en bave dans ce tome et je salue son courage et sa détermination. J’ai partagé ses déboires et ses pensées. C’est vraiment une série addictive, immersive et d’une grande richesse. Tout sonne très juste et me parle énormément. Pour tout vous dire, cela fait partie des lectures qui m’inspirent et me donnent envie d’écrire un roman pour y retranscrire toutes les émotions que j’ai ressenties.

Elyra m’ a prêté le premier tome d’une autre série de cette auteure, et je compte acheter une autre de ses séries. Je ne sais pas encore ce que me réserve 2016 en termes de lecture, mais cette série restera dans mon top de fin d’année !
 


Fantastique

Des proies pour l’ombre T1 : Il pleuvra sur la Lande (D.B. Chalys), auteure française, voir le site *Coup de cœur*

Alors, j’aurais du mal à être objective puisque au-delà de mon amitié avec l’auteure, j’ai bêta-lu ce roman. Une bêtalecture coup de cœur qui m’a fortement marquée, en grande partie à cause de Shane, l’un des personnages principaux. Vous commencez à me connaître, donc vous savez que c’est un beau gosse à fort caractère ! 

Les personnages sont l’une des forces de Dana B. Chalys. Dans tous ses romans, ses persos sont travaillés. Ils ont tous un bon background et des raisons de se trouver là où ils sont. Ils n‘ont pas tous un passé sombre et torturé, pas besoin, car ils sont tout simplement humains. Les physiques, personnalités, qualités et défauts diffèrent à chaque fois mais une chose est sûre, ils ne vous laisseront pas indifférents. A l’image de Keith le héros, à l’humour communicatif, aux références cinématographiques de bon goût, à l’incroyable ténacité et aux failles émotionnelles attendrissantes. Le pari n’était pas gagné car le couple principal est gay et j’ai en général beaucoup de mal à pouvoir me projeter et partager les sentiments des persos concernés. Sauf que Dana fait des miracles et que c’est avant tout une magnifique histoire d’amour avant de s’intéresser au sexe des deux amants.

Vous l’aurez compris, les personnages sont une vraie richesse dans ce roman.  Que ce soit le héros Keith, sa cousine Beth (ils forment un super duo), les Vampires Sorata et Eagle (que je connaissais déjà d’un autre roman de l’auteure, Le Choix de la Gargouille), les chasseurs Stratton qui envoient du lourd dans le T2 je peux vous le dire (mon cœur est à Shane mais ses frères ne sont pas en reste oulalala), ou encore la grand-mère Victoria qui est géniale. 

L’histoire n’est pas mal non plus, je vous rassure 😉 Plus sérieusement les bases sont amenées petit à petit, ainsi que l’aspect surnaturel qui est en plus influencé par la mythologie celtique. On voyage en Europe mais aussi en Amérique du sud et on sent bien que l’auteure a fait de bonnes recherches. 

Bon, je ne vais pas m’étendre davantage mais en tout cas j’ai adoré me replonger dans ce roman aux côtés de ces personnages extra qui m’ont fait voyager et m’ont tous serré le cœur avec leurs forces et leurs faiblesses.  








– Les chiens (A. Stratton)

J’ai acheté ce livre pendant que je déambulais dans ma librairie de Biarritz, poussée par la critique de Justine du blog Lire une Passion. La couverture m’a bien attirée aussi ! J’ai trouvé la narration assez expéditive, même si on est dans une littérature pour ado, ça n’empêche pas de développer un chouia plus la narration. Certes, les dialogues percutants sont efficaces dans le contexte du livre mais c’était quand même très épuré. 

Au-delà de ça, j’ai dévoré le bouquin en un jour ! Il est vraiment prenant et surtout il réussit à nous embrouiller. En effet, où est le réel et où est la paranoïa ? La frontière est mince et l’auteur joue très bien avec. Le héros, Cameron est vraiment attachant ! Par contre, pour un collégien il est un peu trop adulte. Okay, il a grandi trop vite et il est peut-être très futé mais vu que la seule chose qu’on le voit faire c’est jouer à des jeux de zombies, j’ai trouvé certaines conclusions un peu trop poussées pour son âge. Savoir lire et comprendre des cadastres à son âge ? Je savais même pas ce que c‘était au collège… La fin était un peu trop conventionnelle à mon goût aussi, mais ça n’aurait peut-être pas été un livre pour ados avec ma fin XD

Enfin, cela dit j’ai adoré ma lecture, c’était vraiment prenant et je me suis posée pleins de questions sans pouvoir deviner la fin. C’était une lecture plutôt bluffante !


–  Ceux qui grattent la terre (P. Eris), auteur français voir la page facebook

Ce roman, rien qu’au titre je le voulais ! La couverture superbe n’a fait que confirmer mon envie ! Et puis, à part une exception, j’ai adoré tous les romans des Editions du Riez, donc je leur fait confiance pour me pondre des romans à mon goût. Je ne connaissais pas la plume de l’auteur mais je savais que c’était une valeur sûre, d’après son activité sous son autre identité. 
 
J’ai passé un super moment avec ce roman. Le surnaturel est moins présent que je ne l’imaginais mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier ma lecture. La plume est fluide, maîtrisée, suffisamment travaillée sans être alambiquée, elle est très parlante. On partage le quotidien de Karin pour qui on a tout de suite une grande empathie. La pauvre sort de 2 ans de chômage et c’était clairement une horrible période pour elle qui lui a laissé de sérieuses séquelles. Franchement, ça fait flipper. J’ai apprécié que les éléments surnaturels soient  complètement rejetés par l’héroïne qui passera quand même par une phase d’hospitalisation et de suivi psychologique. Un pari risqué car très réaliste et loin de l’image de l’héroïne forte et parfaite. Pourtant cela ne coupe en rien l‘intrigue, au contraire, ça soulève plus de questions et de prise de recul de la part de l’héroïne. En fait, elle se reconstruit au fur et à mesure des pages et c’était un processus long mais très intéressant.

L’auteur m’a bluffé car je ne m’attendais pas à une telle fin, à partir du moment où on découvre l’identité de l’homme noir. Chapeau Monsieur Eris, chapeau ! Tout ce qui en découle m’a beaucoup plu et le dénouement est génial. Waou *___* Alors même si mes envies glauques auraient aimé voir davantage les fameux « ceux qui grattent la terre », je me suis régalée avec ce roman. On est pas loin du coup de cœur ! Franchement, c’était top !


– Elvira time saison 1: Dead Time (M. Guibé), auteur français, voir la page facebook *Coup de cœur*

Il s’agit d’une relecture car j’avais lu la saison 1 sous format numérique. Sauf que cela remonte à 2014 et que je ne m’en souvenais plus vraiment des détails (j’avais complètement oublié le personnage de Shinta par exemple) et que pour fêter dignement la sortie de la saison 2 j’ai donc acheté l’intégrale papier au Salon Fantastique. 

Comme il y a 2 ans, c’est un coup de cœur. On s’éloigne vraiment de la plume plus mélancolique, plus ronde de Mathieu que l’on a l’habitude de lire sur ses autres romans. Là, le langage est résolument moderne, parlé et tranchant. J’adore le personnage d’Elvira, qui est une vraie guerrière au sale caractère mais avec des faiblesses tout de même, notamment grâce à Jéricho, un perso que j’adore aussi. Son langage est agressif mais sans tomber dans la vulgarité crue. 

Son équipe de bras cassés est juste géniale ! Ils vous paraissent tous cousus de fil blanc au premier abord mais le lecteur, comme l’héroïne, se fait avoir car Belinda, Ludwig et Shinta cachent bien leur jeu et sont plein de ressources 😉 

Surtout, on explose complètement les clichés. Et des clichés sur les vampires et les lycéens, il y en a ! Le tout avec un humour tranchant et un soin tout particulier pour les descriptions vestimentaires de nos protagonistes qui valent le détour. L’auteur a aussi une culture et des références qui me parlent toutes donc c’est un régal de retrouver tous ces clins d’œil dans le texte. Et puis que dire des punchlines d’Elvira qui m’ont encore bien fait marrer. Un régal je vous dis. Sans oublier la série Dentier vs Zombie qui est juste un gros délire hilarant ! J’en ris encore. 

Bref, maintenant que tout est à nouveau frais dans ma tête, j’ai hâte de me plonger dans la saison 2 !

Autre
– Le manuscrit proscrit de Nur Jahan (C. Correia), auteure française, voir la page Facebook 
J’ai acheté ce roman sans connaître la plume de l’auteure, car la couverture était sublime, que le titre m’intriguait et que le résumé me paraissait intéressant. J’ai été vite happée par la très belle plume, très sensuelle dans les deux sens du terme pour le coup. On sent que l’auteure a travaillé sur l’histoire de l’Inde mais aussi sur l’ambiance, les coutumes, les aliments, les senteurs etc. L’héroïne m’intéressait également, une anglais avec du caractère qui suit son oncle naturaliste pour étudier les tigres. On cite Darwin et Linné, ça parle un peu zoologie, bref ça me plaisait.
Et puis, l’héroïne rencontre le Maharadja et là ça a signé la fin du roman à mes yeux. Et vu le potentiel de base, je peux vous dire que ça m’a rendu très en colère. Dans une époque où les codes étaient très respectés, invitée par le Maharadja en personne, dans un pays étranger où l’auteur nous rappelle la condition des femmes et le fait qu’elles ont interdiction de croiser un regard masculin autre que celui de leur mari, notre Judith se comporte de la pire des manières. Elle fait des caprices et est irrespectueuse ce qui était très très peu crédible quand on a en face le Maharadja qui peut la faire flageller. Un Maharadja malheureusement peu exploité, dont je ne retiendrai que son envie de coucher avec l’héroïne ce qui l’autorise donc à la suivre partout. Dommage. Je n’aurais pas eu cette colère si on m’avait vendue Judith comme une capricieuse égoïste, or ce n’est pas le cas, on nous la présente comme une audacieuse, intelligente et cultivée. Je ne suis pas d’accord.
L’aspect fantastique qui m’avait plu au départ a été vite réglé à la fin. J’ai trouvé bien plus d’intérêt à l’histoire racontée dans le manuscrit de Nur Jahan que dans l’intrigue principale. J’ai complètement survolé le dernier tiers du roman. Dommage bis.
Énorme déception pour moi qui en attendais bien plus. A côté de ça, la plume et l’immersion sont vraiment bonnes donc si le caractère de l’héroïne ne vous rebute pas, je suis sûre que vous passerez un bon moment !

Numérique

– Les Outrepasseurs T1 : les Héritiers (C. Van Wilder), auteure francophone, voir le blog
Alors,  j’ai lu ce roman dans le cadre des lectures communes organisées par le Club des Hiboux du blog des Petits Mots de Saefiel. J’avais gagné cet ebook l’an dernier je crois lors d’un concours organisé par l’éditeur et je n’avais pas encore eu l’occasion de m’y plonger. 
Et croyez-moi je suis bien embêtée car en dépit des bonnes chroniques et du capital sympathie de l’auteure je n’ai pas du tout accroché ^^ » Pourtant l’écriture est fluide, avec du vocabulaire adapté aux époques, c’est travaillé, les idées de base pour les Fés sont vraiment très intéressantes, l’ambiance frôle parfois le glauque et le malsain comme je les affectionne… malheureusement la mayonnaise n’a pas pris pour moi. Je n’ai juste pas été happée par l’univers ni les personnages. 
Ça commençait bien, mais on passe d’un rythme très rapide où le héros est mis devant le fait accompli sans pouvoir trop s’y opposer à de longs flash back au rythme plus lent et où l‘histoire de la malédiction aurait pu être à mon avis très largement raccourcie. Bien que les idées soient très bonnes à la base, la partie médiévale ne m’a malheureusement pas intéressée.
Du coup j’abrège mon retour car je n’ai pas vraiment de critiques constructives à faire en plus. Ça n’a pas marché, c’est tout. Donc que cela ne vous empêche pas de vous faire votre propre avis car beaucoup de gens ont adoré ce roman ! 

 
 
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s