Chronique : La peau des rêves T3 : Les Chimères de l’Aube

Charlotte Bousquet
Auteure francophone (voir le site)
Archipel
Jeunesse
15,95€
280 pages
Non mais regardez-moi cette couverture de Mélanie Delon, alalala. Merci à ma chère Elyra du prêt !
On continue de suivre Najma la Gypsie, toujours retenue prisonnière et c’est définitivement mon personnage préféré même si on la voit peu. La nouvelle histoire qu’elle raconte est forte. Je n’ai pas accroché à l’héroïne, Anja pour la simple et bonne raison qu’elle a une personnalité bien trop éloignée de la mienne. Impossible de m’identifier, impossible de comprendre ses choix, impossible également de compatir à son malheur. Ici, l’auteur aborde le sujet des relations amoureuses destructrices et violentes. Et c’est un sujet dur que je trouve vraiment intéressant. Au départ, j’ai encouragé l’héroïne mais en fait sa passivité m’a empêché de poursuivre, surtout qu’elle tombe amoureuse de Rain d’un simple coup d’œil, c’est très rapide alors du coup je n’arrivais pas à comprendre les choix d’Anja et ses brusques sentiments.
En plus, la première partie nous dépeint une héroïne avec ses peurs mais aussi du courage, de la détermination et le sens du sacrifice, donc j’ai été déçue de la voir si vite plier. Qu’il y ait une dépendance malsaine avec Rain ensuite, pas de soucis, je le comprends et c’est toute la subtilité de l’histoire mais c’était trop brusque à mon goût. Les changements de personnalités et les horreurs commises/prononcées par Rain était trop énormes pour que Anja veuille rester sans même le connaitre au bout d’un jour ou deux.  Du coup, j’étais plus du côté d’un autre personnage Lorelei, dont l’histoire et la personnalité m’intéressent davantage. Après l’intrigue est vraiment bien, je n’ai pas vu venir les rebondissements de la fin. L’univers est toujours aussi chouette, la plume de l’auteur aussi efficace, tantôt lyrique, tantôt incisive.
Bref, un livre qui m’a plu et fait réagir même si l’héroïne m’a déçue. Après tout, c’est aussi ça les livres, il y a tellement de diversité entre les individus, comme dans la vie de tous les jours, il y a des gens qu’on apprécie et d’autres non !  Ça ne rend pas le livre désagréable à lire, bien au contraire et j’irai taxer le dernier volume à Elyra sans aucun scrupule.
Ma note :  :star::star::star::star-half::star-empty:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s