Le choix de la Gargouille, de Dana B. Chalys

Bonjour à tous ^^
Aujourd’hui est un jour spécial car il marque la sortie officielle du roman Le choix de la Gargouille de mon amie Dana B. Chalys, alias Sedenta Kernan, alias ma Vampirette ! Son roman d’urban fantasy est édité aux Editions Valentina et est disponible sur leur boutique (frais de ports offerts, les amis). 
Ce roman, je l’ai bêta-lu. Deux fois. Je vous le conseille vivement car c’est un roman intelligent, où l’on rencontre des créatures qui sont souvent vues dans le monde du fantastique mais traitées ici avec une grande justesse et peu d’artifices. Tous les personnages de ce roman sont profondément humains… même Dieu ! L’écriture de Dana est fluide, poétique, posée, l’auteur sait où elle va et nous y emmène sans prendre 36 détours (comprendre, pas comme moi !). L’auteur, justement, est très humble et n’a jamais rechigné à retravailler son texte, faire des ajouts, approfondir ou couper, malgré mes commentaires bruts de décoffrage. C’est bien pour ça que j’ai accepté de m’y pencher une seconde fois et ça valait le coup. 
Bref je suis RAVIE que ce joli roman soit publié, je n’avais aucun doute là-dessus 🙂 J’ai commandé mon exemplaire juste avant de pondre cet article et j’ai hâte d’avoir le produit fini entre les mains ! Si vous aimez les héros qui se posent des questions avant de faire n’importe quoi, qui en ont dans le ventre, la mythologie biblique, les créatures fantastiques, Paris et ses monuments, les relations fortes entre personnages hé bien ce roman est fait pour vous !
Quelques liens au sujet de l’auteur :
4ème de couverture :
Il semble que beaucoup d’histoires commencent par un rêve.
Dans les anciennes croyances, les dieux parlaient aux Hommes grâce au sommeil et à l’inconscient.
J’ai fait un rêve aussi. Le mien était beau et apaisant ce qui, certainement, augmenta le sentiment de tristesse qui s’empara de moi à mon réveil. Car en ouvrant les yeux, je plongeai dans le pire de mes cauchemars. J’ai appris le goût cuivré du sang, celui salé des larmes, celui amer de la solitude et celui brûlant de l’amour.
Le Seigneur a fait de moi sa servante, un instrument de mort qui pourra, peut-être, effacer son plus grand regret. Mais dans cette guerre entre Ciel, Terre et Enfers, qu’adviendra-t-il de toutes ces vies lorsque Dieu ne sera plus le seul à décider ?


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s