NaNo 2013 : 1ère semaine

(Article écrit samedi 09 novembre)

Hey ^^

Je suis à jour sur le NaNoWriMo donc j’en profite pour venir faire le point sur le blog ^^ Comme l’an passé c’est vraiment juste niveau temps, il ne me reste pas grand-chose, mes pauses déjeuner et soirées sont toutes prises ! C’est long de pondre 1 667 mots sachant que je ne change pas ma façon de faire dans l’écriture, donc ce n’est pas une course à la quantité, tout ce que j’écris n’a pas vocation à être jeté pendant les corrections. 
Bilan de la 1ère semaine : 
15 272 mots
En moyenne 1 696 mots/jour

Bref, le NaNo c’est aussi une bonne claque pour avancer les projets donc j’en suis à la moitié de la Banshee (Créatures de l’Ouest T3) ! Ca avance très bien, même si June&Connor ne sont pas toujours coopératifs. Il faut dire que je les maltraite un peu avec l’arrivée d’une rivale…mes années Sunset Beach, Melrose Place et Sous le Soleil payent enfin pour mettre des bâtons dans les roues de mon couple :p 
Restez dans le coin, j’aurais une annonce lundi 🙂
Dans l’intervalle je vous laisse sur un extrait, comme au NaNo dernier ^^  Attention, il n’y a eu AUCUNE relecture, NaNo oblige. 

Après le départ de Cìara, l’atmosphère mit un certain temps à s’alléger, au grand dam de la sympathique Alaina, confuse d’avoir créé, sans le savoir, une telle situation. Le repas, pris à l’intérieur de la demeure en compagnie du reste de la famille O’Grady, acheva de détendre les invités. En dépit de l’absence de la Banshee, l’ambiance était festive, à croire que cela ne les dérangeait pas. June osa poser la question à Alaina alors que Connor discutait avec Wyatt, revenu à temps pour manger. Les deux hommes conversaient autour d’un Irish Coffee dans le salon adjacent.

            « J’avoue que nous n’avons pas le même problème que les Sheridan. Nous compatissons à leur tragique perte, bien sûr.

            — Bien sûr, approuva d’emblée June. Mais ne craignez-vous pas pour le futur ?

           — La Banshee n’empêchera pas les malheurs, elle n’est qu’une messagère qui prévient la mort et pleure nos morts. Un nouveau millénaire approche, ma chère, et nos coutumes se transforment en folklore du dimanche. Honorer une Banshee réclame du temps et de la rigueur. La vie est différente ici, nos fils ne se battent plus sur des champs de bataille éloignés, la science remplace la magie.

            — Il reste des choses inexpliquées…

            — Oui, mais rien de comparable du temps de nos ancêtres. Nous avons beaucoup perdu lors de l’émigration seulement je gage que l’avancée de la civilisation touchera notre bonne vielle Irlande un jour ou l’autre. Il est peut-être préférable que nos Banshees retournent dans leur monde dès maintenant au lieu de sombrer ici.

            — Que voulez-vous dire ? pressa June sur un ton de confidence.

            — Les cas sont rares mais des Banshee sont devenues malfaisantes. La fin de plusieurs clans ainsi que les nouvelles croyances ont eu raison des traditions dans certaines régions. Les belles et fières Banshees sont alors devenues des sorcières aigries à la face décharnée. Dépossédées de leur halo de prophétesse et protectrices divines elles errent sur terre, puissantes mais mauvaises. Délaissées par les rituels, éloignées des liens familiaux, elles n’assurent plus leur rôle de pleureuses pour n’endosser que celui d’annonciatrice de mort. Certaines font d’ailleurs bien plus et provoquent cette mort.

            — C’est terrible… Monsieur Sheridan avait déjà parlé de ce sort, c’est vraiment triste. »

            Absorbée dans ses pensées, June ne remarqua pas le regard tendre de la quadragénaire, touchée par sa sincérité. À l’instar de Connor, Alaina apprécia la fraîcheur honnête de la jeune femme qui changeait des convenances strictes et superficielles de la haute société. Certes, la communauté irlandaise avait ses codes et préservait l’intégrité avant tout, cependant l’argent et la notoriété du territoire américain avaient peu à peu corrompus certains principes. Les apparences primaient. La réussite avait détrôné l’honneur. Le courage avait été oublié au profit des manipulations.

            « Peut-être que ces disparitions sont annonciatrices d’un désastre à venir, supposa June toujours à ses pensées.

            — Je l’ignore, mais contrairement à d’autres, je ne m’inquiète pas trop de cette absence.

            — Je croyais que vos clans étaient très traditionnalistes, chuchota June qui ne souhaitait pas mettre son hôtesse en porte-à-faux.

            — Nous le sommes pour plusieurs aspects mais je dois avouer que l’entretien d’une Banshee est devenu lourd par les temps qui courent. Toutefois, il faut maintenir les apparences, n’est-ce pas ? Nous formons une communauté unie, nos enfants s’unissent, nos héritages grossissent, notre puissance se développe.

            — Pourquoi me dites-vous ça, à moi ?

            — Tu ne fais pas partie de notre communauté, ta parole ne vaut rien auprès de gens comme Cathair Sheridan. Et puis… tu me sembles être une personne indulgente.»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s